lundi 30 mai 2022

Le temps des roses

 Hello,

Mai touche à sa fin. Entre la douceur de mars, le gel d'avril, la sécheresse... la floraison des rosiers est chamboulée. Elle s'achève presque alors que juin n'a même pas ouvert ses portes.  Alors op op je ne perds pas de temps et je vous montre quelques roses du jardin.

On commence avec un duo que j'adore, le rosier Burgundy Ice et la Veroncia spicata.

Il n'y a pas que l'association des couleurs qui est intéressante dans ce duo, mais aussi la différence de forme.  La photo a été prise en plein milieu de l'après midi (14h54 pour être précise) mais voici la même scène un peu plus tard (18h56) :
 
Sous le figuier un autre duo : Rosier Sally Holmes et Rosier Éclat d'Ambre.

C'est un arbre qui fournit une ombre légère et tardive (surtout cette année...) et les rosiers n'ont donc pas de mal à fleurir. Par contre la remontée est toujours plus légère que dans un autre emplacement.  Typiquement ce serait parfait pour un rosier non remontant. Je pense à une merveille que j'ai toujours rêvé d'avoir : Nuit de Young !


Dans ce même massif des Anglaises il y a The Pilgrim, un géant sublime qui offre ses grosses roses jaunes pâles depuis 11 ans déjà. 

La floraison de la Clematite recta Purpurea lui va a ravir. 


On quitte la douceur pour du peps ! Magenta et rouge sombre pour réveiller le jardin : Rosier Lovely Fairy et Rosier Nina


 Alors je sais que ce n'est pas au goût de tout le monde, mais ici on est au pied de mes rosiers grimpants "Rouge" c'est donc une répétition du thème. 


Roxburghii est toujours le roi de ce massif qui porte son nom d'ailleurs.  La pointe jaune c'est un petit Coréopsis qui amène son peps. 

Il est accompagné par une Euphorbe Black Bird (que je vous conseille sans modération d'ailleurs) et une Nepeta cataria.

D'autres roses et d'autres fleurs dans le prochain article !  Mais je vous laisse avec une vue du fond du jardin.

Vous venez prendre un café ?
 
 
Bonne semaine à tous!

mardi 17 mai 2022

La Cagouille voit rouge !

 Hello,

Encore ! Me direz vous, mais là c'est normal c'est le moment où fleurissent mes rosiers grimpants "rouge". Je vous l'ai souvent dit, ils étaient là avant moi et je ne les aurais pas choisi. Cependant j'ai pris le parti de les conserver après les avoir remis en état(c'était des tas de tiges emmêlées gisant à terre) Voilà ce que cela donne quelques années plus tard...

17 mai 2022 10h44

Il y a 3 pieds dont un est une variété différente (le plus au fond) L'année dernière j'avais fait une mosaïque pour vous montrer la différence entre les deux fleurs. Op op je la ressort :

mai 2021

De loin on peut ne pas s'en rendre compte mais elles sont bien différentes. Leur point commun : pas de parfum ! 

Normalement à pareil saison on devrait voir une pointe de rose vif au milieu mais le pauvre The Herbalist a vu tous ses boutons geler ! C'est le plus hâtif du jardin et malgré sa position très protégée (contre un mur plein sud) il a perdu sa première floraison (sauf 3 roses qui s'étaient ouvertes avant la gelée) 

The Herbalist Archive 2020
Mais comme il est très florifère et très vigoureux il est déjà couvert de bouton qui s'ouvriront en juin.  A son pied il y a un petit morceau de massif que j'ai refait en hiver 2021 et qui me plait beaucoup. Il oscille entre le rose et orange. Pour le moment je n'arrive pas à avoir les deux teintes présentent tout le temps mais j'y travaille ! 
Couleurs du jour (16 et 17 mai 2022)

En bas à gauche il y a l'adorable rosier Arras. C'est un petit polyantha qui arbore une teinte grenat que j'adore.  Sa couleur est répétée par la Knautia macedonica que j'ai oublié d'insérer dans la mosaïque. 

Knautia Macedonica

En fond il y a le Phisocarpus Red Baron qui cette année a perdu très très vite sa couleur pourpre... (manque d'eau chaleur trop fort sur son jeune feuillage... froid... je ne sais qui blâmer) 

Aussi victime du froid il y a le rosier Lady of Shalott qui normalement à cette époque apporte son orange chaud !  Rendez vous raté... Pas grave.

On trouve pèle mêle des stipas des Hemerocalis, une Calamintha Nepeta.... un pot avec un Lantana... et on arrive au Kniphofia uvaria ! Je ne suis pas fan des couleurs un peu trop criardes de certaines variétés mais là je l'adore ! Selon la lumière il apparait plus ou moins orange. Sur la mosaïque il était 7h30 et il était encore à l'ombre. Le voici en plein soleil à 11h :

Je trouve d'ailleurs que la stipa lui va très bien ! 

On termine avec Le rosier Kimono peu de fleurs cette année mais il est volontaire donc je ne m'inquiète pas. Sur la mosaïque il apparait très rose, mais comme le Kniphofia, avec la lumière il vire au saumon. A ses côté il y a la Sphaeralcea qui, ô miracle, a survécu au gel  et qui fleurira cet été.  J'essaierai de vous partager l'évolution du massif durant les mois qui viennent. 

Je termine par une petite vue que j'adore toujours autant d'année en année 

Bonne journée à tous ! 

Ha non j'oubliais de vous donnez les noms des roses sur ma bannière :

Sally Holmes, Mrs Oakley Fisher, et Hélène Carrères d'Encausse. Toutes les trois dans le massif des Anglaises.


lundi 9 mai 2022

Les âffres du froid

 Hello,

Vous le savez je vis dans une région assez douce. L'hier 2021/22 n'a pas été très froid ni très chaud, assez classique je dirais. (une hygrométrie faible mais c'est une autre histoire) Le printemps est arrivé tôt comme toujours... et pour la 4ème année consécutive on a eu un très gros coup de froid tardif -6°c le 04 avril et sous abris. Autrement dit des parties du jardin ont eu droit à un bon -8°c.  

Autant vous dire que cette gelée sur le jardin en plein renouveau cela a laissé des traces. Normalement rien de définitif mais c'est en ce moment quand la saison des roses débute que le résultat est visible ! 

Il faut bien comprendre que le rosier est un arbuste rustique. -8°c pour lui ce n'est pas un problème. Surtout quand il est en sommeil et même sur de jeunes pousses.  Mais là ce froid a frappé sur des plantes en boutons. De prime abord pas de souci... tout au plus surtout sur les rosiers à fleurs groupées quelques boutons étaient tombés.

En image sur R. Grootendorst supreme. Il commence depuis deux jours à ouvrir ses fleurs. 

Quelques boutons plus avancés ont continué à évoluer mais ils sont en fait bien grillés et ne s'épanouiront pas. C'est le cas de Cardinal Hume et surtout The Herbalist, le plus hâtif du jardin et dont toute la première floraison est morte. (photo en bas de la mosaïque qui suit)

Pour les boutons a un stade X (je ne saurais être plus précise) ni trop avancé ni trop petit, le gèle a perturbé la croissance et les roses qui s’épanouissent sont nanifiées, recroquevillées ou avec des pétales manquants.  Les 3 années précédentes j'avais eu ce phénomène sur deux ou trois fleurs... mais sans plus, cette année ça a été beaucoup plus répandu.

 

Laissons les rosiers pour voir le gros crève cœur du jardin : mon Figuier. Alors il n'est pas mort mais il a bien souffert. 

Toutes les jeunes pousses et les petits fruits ont gelés (il est bifère) Comme vous le voyez sur la photo des petites pousses vertes repartent mais sur le coup autant vous dire que j'ai eu peur ! 

Je crois que la photo est parlante ! Enfin l'important est qu'il ne soit pas mort.  Il a encore le temps de fructifier pour la fin de l'été.

 

Tous les petits arbustes qui avaient grillés sont bien repartis. Comme l'Hibiscus issus de semis qui était dans un petit pot.  Le gel avait réduit à néant son départ de feuille, mais le voilà tout vaillant qui repart. Du coup il a eu droit à un GRAND pot. 

Je lui ai même adjoint des amis pour l'été, deux petites verveines (couleur encore inconnue) et un pelargonium grandiflorum que j'ai choisi spécialement pour cet Hibiscus. Il m'a fait ses 3 premières fleurs l'année dernière il est blanc avec le cœur bordeaux violet.  Évidement l'année dernière j'ai oublié de faire un gros plan de ses fleurs mais sur un coin de photo j'ai quand même trouvé de quoi vous montrer.

Cela m'aurait fait de la peine de le perdre. 


Allez on tourne la page de l'hiver car c'est l"heure de la belle saison et du spectacle des roses, car même si le gel l'a bien entamé il n'en restera pas moins grandiose comme tous les ans ! Je vous laisse avec la belle Lady of Shalott.

Bonne semaine à tous

dimanche 1 mai 2022

Entre Iris et Ancolie mon coeur balance !

 Hello,

Avril s'achève et mai déboule ! La belle saison est là avec toutes ses promesses de merveilles. En ce moment c'est l'heure de deux fleurs que j'aime énormément : les Iris et les Ancolies. 

Dans ma terre légère et calcaire les Iris de jardin (iris germanica) sont chez eux, presque envahissants ! Je les adore : leur grande fleur de soie, leur barbe colorée... et leur parfum enivrant ! Bon le défaut de ce roi du jardin c'est que les baveux l'aime autant que moi ! Ils dédaignent les feuilles mais alors les fleurs et les tiges... Du  coup Olivier a repris sa chasse nocturne afin qu'on puisse profiter un peu de leur floraison (pas de violence inutile : les bestioles sont relâchées dans la forêt à 500m de chez nous)


Le petit iris Nibelungen, le sombre Midnight Oil et le chaleureux Jaune de Naples (je l'ai baptisé ainsi car je ne connais pas son nom)


J'aimerais bien juste m'asseoir et observer les fleurs mais la pelouse pousse... vite... très vite... Entre pluie mal de dos et autres choses elle va même beaucoup plus vite que moi ! 

C'est fou comme une pelouse rase et des bordures nettes agrandissent visuellement le jardin. 


Mon autre grand amour du moment c'est l'Ancolie (Aquilegia) j'aime ses fleurs légères dressées bien au dessus du feuillage  Elle est tellement tolérante qu'on la retrouve partout ! Elle se ressème à l'envie pour peu qu'on n'ai pas la main trop lourde en désherbant.  Je pourrais regretter qu'elle n'est pas de parfum... mais argons que vu sa petite taille c'est aussi bien pour mon dos ! 

Pas de nom de variété car elles sont toutes issus de semis divers et variés au gré de la jardinière ou de la nature et c'est sans doute ce que j'aime le plus dans cette vivace : l'art qu'elle a de nous surprendre. Parfois j'en achète un pied quand j'ai un coup de cœur, mais ça ne m'est pas arrivé depuis longtemps !

Pour accompagner les Ancolies il y a le Géranium Sabani Blue, le plus précoce du jardin.

J'adore ce point de vue à hauteur de truffe de chien ! Au premier plant ce sont les Alium Eros qui vont bientôt s'épanouir. Un autre point de vue "en dessus" :

Une petite vue du grand jardin tout vert et frais. 
Tiens encore un toutou roux ! Décidément il est partout ! 

Une dernière photo de mon ami Pepo... et son art de la sieste ! 

Sur ce je vous souhaite un bon premier mai et un bon dimanche !

mardi 26 avril 2022

La Cagouille et les Graminées (ou presque) 5

 Hello,

On va finir notre série d'articles sur les graminées par une graminiforme ! Et oui bien que le Carex soit toujours présenté avec les poacées c'est un cypéracées (même famille que le Papyrus par exemple)  C'est un genre qui compte plus de 1200 espèces. On y retrouve donc des plantes pour des milieux très différents mon premier conseil sera donc quand vous en achetez de surtout bien faire attention à l'espèce et bien vous renseigner pour ne pas avoir de déconvenue. 

Si on prend le Carex pour une graminées c'est qu'il leur ressemble beaucoup "physiquement" il forme une belle touffe de fines feuilles en fontaine.  Il est persistant et ne nécessite donc pas de taille printanière. La plus part des espèces font de 20 à 70cm (attention le Pendula monte à 1m20 en fleur). La plus part aiment les terres fraîches et la mi ombre mais certains sont tolérants.


Au jardin j'ai toujours le Carex morrowii qui m'a été offert il y a de ça 10 ans.  Il s'étale vite et peut se montrer conquérant mais il reste facile à juguler.  Il ne dépasse pas 30cm de haut.

Il a une préférence pour la mi ombre où son panachage permet d'apporter de la lumière.  Il aime les terres fraiches voir lourdes mais il est ultra tolérant car chez moi il est aussi en plein soleil et dans une terre drainée et sèche !  Et enfin il est bien rustique. Il forme de très jolis bordures ou des tapis. Il est aussi très intéressant dans les potées d'été ou il apporte son port en fontaine.
 
Alors sur certains site il est noté "taille conseillée"... eu... NON ! Il déteste ça. S'il fait trop de feuilles mortes il vaut mieux d'abord le nettoyer avec la main (comme une stipa) et si vraiment il est trop moche, vous le déterrez (au printemps c'est mieux) vous le divisez et enlevez les vieilles parties. Il redeviendra beau en quelques semaines.


Carex Comans. J'en ai aussi depuis des années, très souvent en pot, parfois en terre, ses fines feuilles couleur bronze (plus ou moins selon les variétés) apportent une note légère et chaude. Je précise il n'est pas coupant.
 
Il fait entre 50 et 60cm de haut... enfin quand on tire sur ses feuilles car son port très alangui fait qu'il ne dépasse pas 30/40cm !  Il est donné pour aimé les terres fraiches, mais il est extrêmement tolérante. Si vous voulez qu'il est reste bien droit je vous conseille de le diviser tous les ans. Il est un peu moins rustique que ses copains : -12° à -15°c
La variété Frosted Curl a une couleur vert argenté absolument unique, avec toujours cette longue feuille ultra fine. Une jolie merveille. Je l'ai perdu en février 2012, -9°c alors qu'il était en pot... il n'a pas aimé !

Bon il a quand même un très gros défaut en pleine terre... les chats le prennent pour un coussin ! 


Buchananii ou Comans bronze ? ils sont assez semblable tous les deux et il est difficile de les reconnaitre sans un œil de professionnel... surtout que chez certains "pros" on vend l'un ou l'autre sous le même nom sans vergogne. Regardez sur google photo... les mêmes photos servent aux 2 ! Mais comme ils ont les mêmes qualités ce n'est pas très grave (même si ça me fait beaucoup râler).


Carex testacea : Je ne l'ai plus au jardin car lui aime les terres fraiches et est beaucoup moins tolérant. Du coup je l'ai perdu. 

C'est dommage car il est très très beau. Il apporte beaucoup de légèreté, et il a une présence très intéressante. Surtout la variété prairie Fire dont le feuillage vert acide se teinte sur une grande partie de roux.  Sur la mosaïque, la photo en haut à droite, Nina sépare le C testacea et le C morrowii . Comme le C. comans il ne dépasse guère les 40/50cm et à un port très alangui. Il est très rustique. 


Je ne vous ai pas parlé de floraison tout simplement parce que pour la plus part des espèces elle est insignifiante. On peu en voir un exemple sur la mosaïque du Carex comans (en bas à droite). L'une des rares espèces à avoir une floraison notable est le Carex pendula. Par contre attention on n'est plus du tout dans les mêmes proportions : comptez 1m20 (voir plus) en tout sens. 

Le Carex est un genre que j'aime beaucoup pour soit en pot pour accompagner les floraisons saisonnières, soit en terre pour créer un tapis, une bordure ou bien casser un ensemble trop rigide. Parmi la multitude d'espèce et variété il y en a 3 que je testerais bien : 

Carex muskingumensis
pour son petit côté Papyrus, 90cm pour sol frais.
Carex Oshimensis everillo, pour sa couleur vert acide qui réveille les mi ombres. A associer je pense avec une autre graminiforme qui a les mêmes besoins : Ophiopogon planicapus niger :
Le Carex elata Aurea bien que similaire en couleur est beaucoup plus haut : 60-70cm.

Carex Plantaginea pour ses larges feuilles qui peut apporter une touche plus originale que ses cousins. 
 
La liste des espèces et variété est bien trop longue pour que je vous en parle plus. Mais n'hésitez pas à mettre le nez dedans ! 
 
Voilà je clos ma série d'article sur les graminées, j'espère qu'elle aura pu vous être utile.  Je termine avec une dernière photo du Carex morrowii.
 

Bonne semaine à tous


mardi 19 avril 2022

La Cagouille et les Graminées 4

 Hello

Dernier article sur le sujet des poacées !  Il va être un peu long puisque je vais vous parler des autres graminées qui ont été ou sont au jardin. 

On commence par celles que je regrette mais qui ne reviendront  pas, pour une raison toute simple : elles aiment les terres fraiches ! 


Schizachyrium scoparium Prairie Blue : une vrai merveille ! Fine, élancée restant droite, prenant peu de place (80cm max en hauteur en pleine floraison pour pour 30-40cm de diamètre) passant du bleu au carmin en automne... La variété Prairie Blue est la plus bleu (Blue Heaven l'est beaucoup moins). Elle n'aime pas les terres lourdes mais elle aime les terres drainées restant fraiches (casse pied !)  Même si certains sites la notent comme étant faite pour les terrains secs ce n'est pas le cas. Donc si comme moi vous avez la bonne terre et pas la bonne hygrométrie, mais que vous arrosez : elle est pour vous ! 

Imperata cylindrica Red Baron : En voilà une belle graminée, basse : 50cm, au feuilles d'abord vert acide puis passant au rouge en fin d'été. Elle s'étend lentement mais sûrement sans devenir envahissante. Elle aime les terres fraiches à humides et fertiles. Si je l'ai gardée quelques années c'est parce qu'à l'époque j'arrosais beaucoup plus. Elle n'est pas réputée pour aimer les sols trop lourds mais là je n'ai pas d'expérience sur le sujet.  Parfois j'ai envie d'en reprendre un pied et de la mettre en pot tant je trouve sa présence agréable. 

Muhlenbergia capillaris : Une belle vaporeuse qui offre un brouillard rosé que je trouve juste merveilleux avec la remontée des roses !  Pas très haute 80-90cm en fleur, elle a un port en fontaine. Elle est vendue sur bien des sites pour être une plante de terrain drainé et sec.... eu... raté ! Willy du Lac des Joncs (un bon pro dont les conseils valent de l'or) m'avait expliqué qu'elle a besoin de fraicheur au pied pour fleurir et revenir l'année suivante. Donc c'est une terre drainée mais fraîche qu'il lui faut (une autre casse pied) Elle est moyennement rustique selon mes lectures (ben oui chez moi je ne peux pas vérifier)

Vous l'aurez compris ce sont vraiment trois belles graminées que je vous conseille si vous avez les bonnes conditions.


Passons à celle qui n'est pas au jardin mais que j'ai eu et que j'aurai sûrement de nouveau au gré de mes envies : Festuca glauca ! Le joli petit coussin bleuté.

 
Ici elle était en compagnie du géranium Patricia (un autre qui n'aiment pas mon jardin...)  La fétuque est vraiment une adorable petite graminée de 20-30cm. Elle se glisse partout pour offrir sa belle couleur gris bleuté (plus ou moins intense selon les variétés) Elle est persistante et ne nécessite pas de soin. Elle est bien rustique. Je trouve qu'elle va aussi très bien dans les potées estivales. Sa floraison bien au dessus du feuillage lui donne un petit air joyeux.  Elle est tolérante pour le sol mais n'aime pas avoir les pieds dans l'eau en hiver. 
Il existe des espèces vertes qui forment de jolis coussins.

 
Une autre graminée persistante que j'aime beaucoup et qui va et vient à l'envie au jardin c'est la Stipa tenuifolia. (ou Nassella tenuissima). 
Photos du 06 juin 2021 et du 05 avril 2022 (oui oui c'est le même endroit)
 
Elle a un port bien droit au printemps qui s’alanguit avec la floraison et l'âge. D'ailleurs si vous n'aimez pas quand elle est trop "avachie" je vous conseille de faire des semis, et de la remplacer tous les deux ans (semis ultra simple). Vous aurez alors toujours des plants bien droits. D'ailleurs cela pointe aussi son gros défaut : elle se ressème partout ! Sur la photo du bas de la mosaïque vous noterez l'arrivée d'un deuxième pied... que j'ai laissé.  Elle n'en est pas pour autant envahissante mais il faut le savoir.  Elle aime les terres drainées et sèches. Elle supporte parfaitement la chaleur. Elle est correctement rustique.
Si elle ne nécessite pas de taille lors de sa floraison je vous conseille de passer la main dedans pour enlever les graines en très grand nombre et qui la font choir. Même mouvement au printemps pour enlever les feuilles mortes. (on la peigne littéralement) 
Je trouve qu'elle apporte de la légèreté et un côté prairie sauvage très agréable. 


On termine l'article avec les Melica. Et en premier celle que je ne vous conseille pas du tout malgré sa beauté : Melica altissima Atropurpurea. Elle est carrément envahissante tant elle se ressème (je l'ai appris à mes dépends) 

Elle fleurit en même temps que les roses, et elle permet de belles associations. Elle aime les terres drainées et supportent sans sourciller la sécheresse et en plus elle est très rustique. Quand vous achetez un pied elle fait 80cm... mais dès qu'elle se ressème elle monte à 2m. 

Bref elle est belle mais à éviter ! 

 

Par contre je peux vous conseiller la Melica ciliata. Aussi très jolie elle ne se montre pas envahissante du tout.

C'est une petite graminée (moins de 40cm en dehors de la floraison et 90cm avec ses épis) Elle fleurit assez tôt (juin juillet) et accompagne donc la remontée des roses et les floraisons d'été. Ses épis blancs crèmes cotonneux sont légers. Elle aime les sols drainés et secs, mais elle est tolérante puisque mon premier pied vient de mon amie Viviane dont le jardin a une terre lourde et argileuse. Elle est bien rustique. Elle me fait penser à un petit Pennisetum oriental Tall Tails.  Comme lui elle a cette faculté d'accrocher la lumière rasante que je trouve magique. Par contre ses épis ne durent pas tout l'hiver. Comme elle n'a pas un gros diamètre au pied (30cm) elle fonctionne très bien en potée.  


Voilà qui termine mes articles sur les graminées. Et là je vous sens perplexe... Non je n'ai pas parlé des Carex, pourtant j'en ai au jardin. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que ce n'est pas une poacée comme toutes celles que j'ai présenté, mais une cyperaceae ! Et oui on la trouve toujours dans la catégorie "graminées" des sites mais ce n'en pas une. Du coup je vous en parlerai dans un prochain article, car si ce n'est pas une "vrai" elle est quand même incontournable cette jolie graminifolia !

Je vous souhaite à tous une bonne semaine

Prenez soin de vous.

mercredi 13 avril 2022

Petit tour au jardin

 Hello,

Petite interruption dans la série des articles sur les graminées pour faire un petit tour de jardin. 

Le grand jardin est tout pimpant. Gros plan sur le pied du Malus et son joli trio de tulipes.
 

Les premières roses se sont ouvertes :

Rhapsody in Blue et The Herbalist. 

Premier Iris aussi :

Alors oui il faut une loupe pour le voir ! Mais j'ai oublié de faire un gros plan ! 


Un champ de pâquerettes...

Au ras des pâquerettes !

Et puis les déconvenues du froid de la semaine dernière (-5.2°c) 

Le gèle a brulé les petites pousses des arbustes celles qui venaient juste de s'épanouir. Fushia tout grillé, Robinia hibiscus et même Lonicera... mais bon ça va repartir. Ma pauvre persicaire a gelé aussi mais les pousses du centre plus à l'abri sont déjà entrain de repartir. Enfin ce sont les risques de l'hiver ! 

Sur ce je me replonge dans les graminées et je vous souhaite une bonne semaine et je vous laisse avec une joli bouquet d' Epimedium grandiflorum Akebono